Le parti de l’économie? C’est le Parti Québécois!

Une affirmation répétée et martelé ad nauseam peut devenir un lieu commun au sein de la population. Il s’agit d’un mécanisme bien connu en marketing, y compris en politique. Ainsi, devant l’affirmation que les libéraux forment le parti de l’économie, la plupart des gens vont acquiescer, même certains péquistes. La perception devient réalité: les péquistes, c’est la langue, le social, la souveraineté; les libéraux, c’est l’économie, l’économie, l’économie.

Il y a un peu de vrai là-dedans. Il est vrai que les libéraux évitent autant que possible de discuter de sujets qui lui sont défavorables. Ils savent bien que sur la question de la langue, s’ils défendent le français, leur base anglophone va se fâcher et s’ils en font trop peu, les francophones vont se méfier. De même, si les libéraux se mettent à faire une promotion active du fédéralisme, ils vont avoir l’air un peu fou à chaque décision fédérale qui va à l’encontre des intérêts du Québec. S’ils veulent parler d’intégrité, ils sont faits comme des rats, traînant un bilan en forme de boulet. Où qu’ils se tournent, il n’y a qu’un terrain politique qui ne leur soit pas défavorable: l’économie.

Le fait de tenir un discours monomaniaque sur l’économie s’est avéré très efficace en matière de marketing politique pour le Parti libéral. On pourrait croire également que cette obsession donne des résultats dans la réalité. Ce n’est pas qu’en réalité les gouvernements soient si déterminants dans les succès ou les échecs économiques. En fait, bien malin celui qui serait capable de déterminer la part qui revient aux gouvernements.

J’ai quand même tenté de vérifier cette hypothèse voulant que les gouvernements libéraux donnent de meilleurs résultats économiques que les gouvernement du Parti Québécois. Pour ce faire, j’ai comparé les gouvernements du PQ de 1994 à 2003 et ceux du Parti libéral de 2003 à 2012, chaque période couvrant neuf années.

Les résultats sont étonnants. Très étonnants.

Commençons par la croissance économique. De 1994 à 2003, sous les gouvernements du PQ, le PIB par habitant a augmenté de 41 %. De 2003 à 2012, sous les gouvernements libéraux, le PIB par habitant a augmenté de 23 %. Soyons encore plus précis, regardons la croissance du PIB réel par habitant (inflation soustraite, donc). Sous le Parti Québécois, la croissance économique a été de 23 % et sous les libéraux, de seulement 8 %. C’est vrai que la crise financière de 2008 a causé davantage de dommages que la récession de 2001, mais jamais au point d’expliquer cet écart abyssal de presque trois pour un:

PIB PQ PLQ

La croissance économique, celle du PIB, ne dit pas tout sur l’enrichissement des Québécois. Après tout, un autre cliché voudrait que les gouvernements libéraux soient synonyme de baisse d’impôt et à l’inverse, ceux du PQ d’une hausse du fardeau fiscal. Examinons le revenu disponible réel, soit l’argent qui reste dans les poches des Québécois après impôt et l’inflation soustraite. De 1994 à 2003, le revenu disponible moyen des Québécois a augmenté de 16,3 %, et de 2003 à 2012, de 14,6 %. C’est donc dire que les Québécois se sont davantage enrichis sous les gouvernements du PQ que sous les gouvernements libéraux.

Revenu réel

L’emploi revient constamment pour illustrer les réussites ou les échecs de la politique économique d’un gouvernement et en particulier le taux de chômage. De 1994 à 2003, le taux de chômage a chuté de 3,1 points de pourcentage, passant de 12,3 % à 9,2 %. Sous les gouvernements libéraux, il est passé de 9,2 % à 7,8 % en 2012, une diminution de 1,4 %. Le chômage a donc diminué deux fois plus sous les gouvernements du Parti Québécois.

Mieux encore, nous pouvons examiner la création d’emplois. Dans la période Parti Québécois, il s’est créé 642 000 emplois et sous les libéraux, 233 000. Il s’est donc créé presque trois fois plus d’emplois sous les gouvernements du PQ que sous ceux des libéraux…

Création d'emplois

Une autre bonne façon d’enrichir les Québécois et toute la collectivité consiste à faire reculer la pauvreté, ce qui permet non seulement à des individus et des familles de se sortir de la misère, mais aussi à la société de réduire ses dépenses de dernier recours. Sous les gouvernements du Parti Québécois, de 1994 à 2003, le nombre de personne touchant l’aide de dernier recours (l’aide sociale) est passé de 787 159 à 544 229. Presque un quart de million de personnes de moins sur l’aide sociale. Il s’agit d’un véritable exploit, qui coïncide avec l’adoption du programme de garderies à 5 dollars. Des milliers de femmes ont alors pu rejoindre le marché du travail sans être pénalisées financièrement.

Sous les gouvernements du Parti libéral, le nombre de prestataires de l’aide sociale a chuté d’un peu plus de 86 000, ce qui est bien, mais beaucoup moins que sous les gouvernements du Parti Québécois:

Aide sociale

Si on se résume:

– Le parti sous lequel la croissance économique a été la plus forte: le Parti Québécois

– Le parti sous lequel les Québécois se sont le plus enrichis: le Parti Québécois

– Le parti sous lequel le chômage a le plus reculé: le Parti Québécois

– Le parti sous lequel il s’est créé le plus d’emplois: le Parti Québécois

– Le parti sous lequel le nombre de prestataires d’aide sociale a le plus diminué: le Parti Québécois

Je concluerai en rendant aux libéraux ce qui leur revient: ils sont des as du marketing politique.

Pour l’économie, on repassera…

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s