Rassembler les nationalistes

Dans un billet publié sur mon ancienne tribune du Journal de Montréal, je soulignais la possibilité bien réelle que le Québec soit gouverné par le Parti libéral pour une très longue période de temps. Cette éventualité répugne sans doute à ses adversaires du PQ et de la CAQ (les solidaires semblent s’en accommoder), tandis que les partisans libéraux s’en réjouissent.

Pourtant, l’idée d’un monopole politique n’a rien de réjouissant, même pour ces libéraux qui ont à coeur l’avenir du Québec (oui, ça existe). On voit avec le gouvernement Couillard qu’un parti qui n’est pas relégué pour quelques années dans l’opposition ne se renouvelle pas. Il n’y a qu’à voir la marque de commerce de « parti de l’économie » qui a perdu beaucoup de son lustre et subit même les foudres d’une ancienne vice-première ministre libérale. Ce gouvernement sans vision et sans élan ne se renouvellera pas non plus par le miracle d’un remaniement ministériel.

Dans un éditorial à marquer d’une pierre blanche, Antoine Robitaille qualifie de « marais » la situation politique actuelle, avec un gouvernement libéral en train de vider le caractère national du Québec de l’intérieur et par le haut.

Comment le briser, ce monopole libéral? Comment sortir de ce marais? L’éditorialiste du Devoir en appelle au rassemblement des nationalistes:

« Face à cela, ce n’est pas tant la « division des souverainistes » qui devrait inquiéter, mais celle des nationalistes. Ces derniers forment encore une majorité au Québec, mais ils n’arrivent pas à s’entendre sur un véhicule commun. Il le faudrait, pour mettre au moins un pied en dehors du marais. »

J’en suis venu à penser exactement la même chose. Et en ce sens, l’appel au rassemblement lancé par François Legault en octobre dernier a touché en moi, l’indépendantiste de toujours, une corde sensible:

« Sans la prospérité, la fierté manquerait de moyens; sans la fierté, la prospérité manquerait de sens. » 

Je pense encore que le Québec serait mieux servi par lui-même à tous points de vue, que l’indépendance demeure la meilleure option politique pour un peuple comme le nôtre. Cependant, il faut bien constater que nous nous éloignons de cet objectif depuis 20 ans, plutôt que de nous en rapprocher. Tout donner pour réessayer de tenir un référendum « le plus tôt possible » comme veulent le faire mes amis du Parti Québécois est parfaitement légitime. Agir selon ses convictions, c’est admirable.

Mais pour atteindre cet objectif, il faudrait gagner les élections de 2018 et donc, rassembler tous les souverainistes, y compris ces solidaires qui s’y refusent et ceux, parmi les souverainistes, qui n’en font plus une priorité. Cette mission est donc devenue impossible à mes yeux.

J’ai acquis cette conviction et son corollaire, c’est que la fuite en avant ne réussit à faire le jeu que du Parti libéral, à renforcer le monopole rouge, qui constitue désormais la plus grande entrave à l’avancement de la nation québécoise. Continuer le jeu tel qu’il se présente aujourd’hui, c’est priver la majorité francophone de sa capacité d’élire le seul gouvernement qu’elle peut encore contrôler.

Je m’y refuse. L’urgence est à l’union des francophones derrière la bannière nationaliste, la seule capable de rassembler une majorité. Un nationalisme décomplexé, absolument pas revanchard, axé sur la fierté, le désir d’excellence et la volonté de redonner un élan puissant à notre peuple, en misant d’abord et avant tout sur nous-mêmes, les Québécoises et les Québécois.

J’ai acquis la conviction que pour briser le monopole libéral, il faut unir les caquistes et les péquistes de bonne volonté derrière un projet nationaliste alliant fierté et prospérité. Cela prendra du temps et nous devrons bâtir des ponts. Pour ma part, j’ai décidé de commencer à le faire dès maintenant, en me joignant à la Coalition Avenir Québec.

Bonne année 2016 à tous!

 

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s